l\'indigné

Justice pour Hakim / France Inter

Source L'indigné/révolté, France Inter, La bas.org

LA-BAS, NOUVEAU RECORD D'AUDIENCE HISTORIQUE !

"Avec 610 000 auditeurs par jour, selon la dernière étude d'audience Médiamétrie, LA-BAS si j'y suis, bat un nouveau record d'audience. 52 000 nouveaux auditeurs nous ont rejoint au cours des deux derniers mois (82 000 depuis un an) Deuxième position parmi les stations généralistes sur cette tranche horaire. Merci à tous ! La direction est folle de joie. Bientôt la tête de Fréderic Lordon sur tous les bus et sur tous les taxis, avec celle de Noam Chomsky, Serge Halimi, Noami Klein et Daniel Mermet avec ce slogan " On vous l'avait bien dit ! " Merci France Inter, Merci les AMG "! voir Là-bas si j'y suis | Facebook , www.la-bas.org  

 
                                                  Aujourd'hui : Justice pour Hakim / France Inter

 
video : Justice pour Hakim , voir aussi mort pour rien, les films ayant un lien : la haine : Bande annonce, partie 1, 2....10; Ma 6T va craquer : clip ,

 

justice,chronqiue,justice pour hakim,france inter,la bas si j'y suis,la bas.org,tagged grasse,hakim ajimi,vérité et justice. bookmark the permalink 
Résumé : Il a succombé des suites d'une interpellation brutale de policiers de la B.A.C. avec le soutien de policiers municipaux, devant une vingtaine de témoins civils, une dizaine de policiers et plusieurs pompiers. Il n'était ni dangereux, ni armé et ne menaçait personne. Il s'agissait d'une banale interpellation suite à une altercation entre Hakim et un employé de sa banque. Mais la violence de l'interpellation policière, avec le recours à une “clé d'étranglement” pendant 15 à 20 minutes, a entraîné sa fin brutale selon les conclusions de l'autopsie »
 
Le procès de sept policiers pour homicide involontaire ou non assistance à personne en danger s'est ouvert lundi 16 janvier à Grasse, près de quatre ans après la mort par asphyxie du jeune HAKIM AJIMI lors d'une interpellation mouvementée. Nouvelle bavure policière ? C'est ce que pensent les jeunes des quartiers populaires venus soutenir la famille et les proches d'Hakim. Depuis des années la lutte contre les violences policières a été le moteur des mouvements des quartiers populaires comme le MIB (Mouvement de l'Immigration et des Banlieues) et le FSQP,( Forum Social des Quartiers Populaires) qui tentent de faire entendre la voix des quartiers. Entre marginalisation et récupération et bien loin des candidats aux élections à venir, nous sommes avec eux dans le car pour Hakim.Reportage Dilah Teibi
 
Réécouter l'émission :

Récapitulatif
Un film réalisé en partenariat avec le Forum Social des Quartiers Populaires sous Licence Creative Commons : 2.0  Durée : 17 min Télécharger la version quicktime (202 Mo.)
Ce film a été réalisé dans le cadre de la campagne « Police personne ne bouge ». Son porte-parole, Samir Baaloudj, revient sur les raisons et les étapes de cette mobilisation
 
Une conséquence de la politiques d'intolérance, de vouloir surfer sur les voies du FN en reprenant ces thèmes et ses méthodes ( L'(in)sécurité : L'obsession sécuritaire - videos.arte.tv , Etat Policier : De nouvelles lois pour armer la Police et lui donner l'impunité dans les manifestations, Fichiers de police sans base légale)  comme le discours de Grenoble.
 

En savoir plus : Pourquoi la BAC a des manières « rudes et humiliantes »
 
Le procés des protagoniste a eu lieu :
 
Justice pour Abdelhakim Ajimi] Nous quittons le tribunal, nous vous laissons entre vous
 

Mascarade au tribunal de Grasse

À Grasse, tout au long de l'audience, le juge Robail a affiché ouvertement sa connivence avec la police.

 

Les faits sont pourtant avérés : Abdelhakim Ajimi est mort d'un acharnement des policiers sur sa personne et d'un refus de lui porter secours.

 

Tous les témoignages sont édifiants. Les expertises accablent les policiers inculpés. Les procès verbaux de ces derniers sont contradictoires, de même que leurs propos à la barre.

 

Malgré tout, les policiers bénéficient de la complaisance du tribunal. Le Procureur de la République, a pourtant insisté sur la « responsabilité évidente des policiers dans la mort d'Hakim » et a repris la qualification d'« inhumanité » mise en avant par la Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité.

Malgré cela, il requiert des peines minimes, sans commune mesure avec la gravité des faits qu'il avait auparavant lui-même exposés.

Ces maigres peines sont :

— J.-M. Moinier : 1 an à 18 mois avec sursis simple

— W. Lebeaupin : 18 mois à 2 ans avec sursis simple

— J. Manach : 6 à 8 mois avec sursis simple

— B. Julien : 1 an avec sursis simple

— A. Bekhira : 6 mois avec sursis simple.

Pire, de simples peines de principe ont été requises pour les policiers stagiaires M. Authier-Rey et P. Locatelli.

Ainsi fonctionne l'institution judiciaire française lorsqu'elle doit juger des crimes policiers.

 

NOUS QUITTONS LE TRIBUNAL,
NOUS VOUS LAISSONS ENTRE VOUS.

 

[Justice pour Hakim Ajimi] Justice nulle part, police partout !



13/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres